Mirror of the Witch • Secret Healer

Si Song Joong-Ki a eu son « Descendants of the Sun » (DOTS) pour faire son retour triomphal sur le petit écran coréen, Yoon Shi-Yoon a « Mirror of the Witch » (MOTW). Edit : Alors oui maintenant le drama s’appelle Secret Healer partout mais flemme de changer le terme dans mon article (en plus je le trouve bof bof le titre).


Les deux drama ont ce point commun : ils comptent sur la popularité de l’acteur engagé (en l’occurrence ici deux acteurs qui sortent « fraîchement » du service militaire). Est-ce suffisant ? Évidemment que oui ! Qu’est-ce que je fais là, sinon, à commenter ce drama ?

S’il n’y avait pas eu Shi-Yoon et Kim Sae-Ron dans les rôles principaux, il est possible (voir presque certain) que je n’aurai pas même donné une chance à MOTW. Ou alors j’aurai attendu quelques semaines, histoire de voir les avis. Je sais que c’est parfois mal vu de regarder une œuvre juste parce qu’on fangirl sur quelqu’un mais je m’en moque. J’assume. Cependant il arrive que l’on paye chèrement cet accès de fangirlisme. Sur l’échelle de la déception, si DOTS avait gagné la première place du podium, MOTW gagne la seconde.

Si DOTS m’avait cruellement déçue par son manque de rythme, sa photographie surexposée et son manque d’action (le comble pour un blockbuster), MOTW a plus ou moins comblé ces lacunes. Avant de misérablement s’écraser vers la fin, c’est-à-dire lorsqu’ils ont eu l’idée ignoble de rajouter 4 épisodes (le format prévu était à la base de 16 épisodes).

Comme je n’ai pas envie de spoiler, ni d’utiliser la fonction spoiler par flemme, je me contenterai de dire en gros ce qui m’a exaspérée avec ces 4 épisodes. Tout d’abord, le déroulement de l’histoire manque de cohérence. Plusieurs éléments ont été présentés, que ce soit la malédiction, le remède à celle-ci ou des personnages secondaires ayant un rôle plus ou moins importants. Le problème est que l’histoire part dans toutes les directions sans que ces éléments aient un impact important ! Je ne dis pas que tout tombe à l’eau mais l’histoire progresse de manière tellement anarchique que ça devient vite fatigant.

Concernant les personnages, si au début ils semblaient être nombreux et variés, vers la fin leur nombre est très réduit et se limite aux perso principaux. Dommage parce que c’était plus palpitant lorsque l’intrigue poussait ces derniers à se mêler aux villageois. D’autre part, certains personnages disparaissent purement et simplement ou beaucoup trop vite. Et c’est encore plus flagrant avec l’ajout des nouveaux épisodes, car il y a moins de monde.

Je me suis attardée sur les côtés négatifs mais je terminerai sur le positif, car il y en a. En premier lieu, tout ce qui relève de « l’ambiance ». D’habitude je ne raffole pas des drama historiques car j’ai tendance à confondre tous les personnages (surtout ceux avec de la barbe) et puis leurs costumes finissent par me lasser. Pourtant ici c’est l’inverse qui s’est produit ! Déjà comme les protagonistes sont jeunes, on évite tout soucis capillaire (sauf le moine qui a une coiffure de chiotte). Au niveau des costumes, c’est un bonheur pour les yeux : les étoffes sont plus belles les unes que les autres – là encore, petite exception avec la voleuse qui a dû se mettre à dos le réalisateur pour avoir la tenue la plus moche.

L’OST est également très réussie, il y a une dominance de morceaux sans paroles, ce qui est un pur régal (surtout après avoir souffert des chansons imposées dans DOTS). Le thème du drama est très joli et s’accorde avec différents moments, que ce soit des passages sombres ou des moments plus joyeux et légers. L’utilisation d’instruments traditionnels explique sans doute qu’on soit plongé aussi facilement dans cette époque.

Les effets spéciaux étaient corrects, pas de quoi se rouler par terre mais pas de quoi se moquer non plus. Bon, il y a eu un effet de répétition un peu lourd avec la chaman et ses fumées noires, les suspensions en l’air… Une première fois, c’est choquant, la trente-sixième fois, ça l’est moins. Ce qui m’amène à répéter pourquoi ont-ils ajouté ces foutus 4 épisodes, qui sont incroyablement ennuyants comparé au début du drama ? Grrr.

Je terminerai sur une note positive (encore ?) en évoquant le casting. Tous les acteurs et actrices ont bien rempli leur rôle et c’est triste que l’acteur Choi Sung-Won soit malade et ait dû arrêter de tourner le drama parce que son personnage aurait pu apporter une touche dynamique (j’espère qu’on entendra très vite parler de lui à nouveau…)

Bref, ce drama est aussi envoûtant que la chanson Manyo Maash mais il aurait dû s’arrêter plus tôt pour préserver toute sa magie.

P.S : saviez-vous que le roi Myungjong (l’époux de la reine Sim) est joué par l’acteur David Lee, le petit-fils dans « Poetry » de Lee Chang-Dong ?

Critique publiée à l’origine le 20 juillet 2016 sur Senscritique~

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.