Anime : le retour (bilan d’avril)

La dernière fois que j’ai regardé des anime, c’était en 2018 ! Précisément en mars, avril et mai. Puis l’année 2019 s’est écoulée sans que j’y retourne… C’est parti pour le bilan des retrouvailles avec les anime 🙂

Je les ai fini, tout est refroidi

Omae wa Mada Gunma wo Shiranai / You don’t know Gunma yet (2018) • 12 épisodes • 3 min

Omae wa Mada Gunma wo Shiranai

Je ressors satisfaite de cet anime, la tête farcie d’informations sur la préfecture de Gunma. Pourquoi faire ? Je ne sais pas. C’était juste fun, instructif et drôle. Et court ! Pour quelqu’un comme moi qui aime bien trop s’éparpiller… tout en s’investissant un peu trop émotionnellement, les formats courts sont parfaits pour ne pas me faire happer.

J’aime aussi le fait que ça soit décousu, je veux dire, y’a pas d’intrigue ou d’arcs narratifs. C’est vraiment « tiens, aujourd’hui on parle de ça, voilà, y’a un contexte vaguement cohérent qui s’y prête, let’s go »

Bref, ça ne plaira pas aux personnes qui exigent une très grande qualité sur le design, l’histoire, la psychologie des personnages, les péripéties (y’en a pas, lol) mais si vous avez une curiosité débordante et un humour bizarre, c’est pour vous.

gdMen (2018) • 12 épisodes • 8 min

gdMen

En fait, quand je parlais d’humour bizarre, ça marche plutôt pour ce machin. Quand je l’avais commencé en 2018, j’étais en recherche de trucs drôles et particuliers, parce que bon, ma vie était un peu caca. Alors sur le moment, j’ai trouvé ça très addictif.

En reprenant cet anime pour enfin le terminer, il s’est quand même écoulé 1 an et quelques ! Vu qu’entre-temps, je me suis déconstruite sur pas mal de choses grâce aux ressources trouvées sur le Twitter militant… ça a été un peu la soupe à la grimace.

Bref, le concept me fait marrer, j’ai bien accroché aux voix et design des personnages. Mais vraiment… y’a des blagues… trop gênantes (grossophobie, sexisme et homophobie il me semble, c’est insidieux, y’a pas d’insultes directes mais les propos, irk)

Fumikiri Jikan (2018) • 12 épisodes • 3 min

Fumikiri Jikan

Euh, celui-là, si ça n’avait pas été aussi court, je l’aurai laissé tomber aux oubliettes. Là encore, le temps a été révélateur, j’ai pas trouvé très drôle certaines choses et ça m’a presque fait regretter d’avoir repris les anime.

Parce qu’il faut dire aussi qu’en 2019, j’ai eu la joie de découvrir plein de super séries TV, avec des représentations de personnes racisées, queer, des relations saines et émouvantes… du coup, ça met la barre un peu haut pour les autres œuvres que je découvre (quelque soit le format).

J’ai continué… dans le feu de l’action

Anime De Wakaru Shinryounakai / Comical Psychosomatic Medicine (2015) • 20 épisodes • 5 min

Encore un anime « éducatif » avec de grosses guillemets. Parce que bon, devoir recourir sans cesse à du fan service, juste pour que les gens restent attentifs et découvrent la définition de certains troubles mentaux, euuuuuh… Un moment donné, les blagues sur le harcèlement sexuel, c’est trop. En plus de banaliser ça en mode « on peut en rire, ouais, mais on est conscients, hein ! » OUAIS MAIS NON. Stop.

Note : j’ai fini l’anime en mai, je le mentionne ici comme ça si je fais un autre bilan, j’aurai pas besoin d’en reparler.

Uchuu Kyoudai / Space Brothers (2012-2014) • 99 épisodes • 24 min

J’avance comme un escargot dans cette grande aventure parce que c’est une histoire terrible. Pas dans le mauvais sens du terme, hein. Disons que chaque épisode est comme une énorme claque, y’a toujours un moment où je vais avoir une telle empathie pour le protagoniste et remettre toute ma vie en question, que ça draine mon énergie.

Houseki no Kuni / L’Ère des Cristaux (2017) • 12 épisodes • 24 min

Alors là, je ne sais pas vraiment pourquoi je traîne autant ? Je trouve ça très beau visuellement (même si j’avoue ne pas aimer DU TOUT comment les personnages sont gaulés, ne me tapez pas, leurs cheveux sont fantastiques mais leur silhouette, WTF) et j’ai zéro problème avec l’animation CGI.

C’est juste… que je ne suis attachée à aucun personnage pour le moment. Et je ne ressens pas une curiosité dévorante pour la suite de l’histoire. Et la fin de l’épisode 2 m’a dégoûtée (pas beau l’escargot, beurk). Enfin bon, je vais le continuer parce qu’il n’y a que malheureux 12 épisodes et sait-on jamais, si le coup de cœur se fera à retardement.

J’ai lâché la patate chaude

To Be Hero (2016) • 12 épisodes • 11 min

Pourquoi j’ai regardé ça, en premier lieu ?! Je ne me rappelais plus tellement de l’épisode 1 et en voyant le second, j’étais atterrée. C’est vraiment au-dessus de mes forces de consacrer plus de temps à cet anime gênant et de mauvais goût.

Aria (2005) • 13 épisodes • 24 min

J’en connais un qui va être déçu en lisant ça (il se reconnaîtra) mais j’ai lâché au bout d’un épisode *sourire crispé* Je n’ai AUCUNE patience pour les anime contemplatifs, à moins que j’accroche aux personnages ou à l’intrigue. Et là, ben… échec sur les deux tableaux.

C’est joli comme environnement, les tenues et leurs cheveux mais bon sang, ce que c’est LENT. Pour pas grand-chose, en plus. Tant pis, j’aurai essayé et je comprends que ça puisse plaire, mais ce n’est pas ma tasse de thé. (Et c’est pas faute d’avoir essayé : j’ai lu un peu le manga, mais je n’accroche vraiment pas à ce genre d’histoire et de rythme).

Les découvertes chaudes comme la braise

Fruits Basket 1st Season (2019) • 25 épisodes • 23 min

fruits-basket-shigure-soma-anime

Là… les ami’e’s, on est sur un grand classique dans mon panthéon. J’ai lu et relu le manga. J’ai vu la première adaptation anime (j’ai encore les DVD mais c’est de la VF). Alors, je me suis demandée si j’allais aimer cette nouvelle adaptation. J’étais hypée par les premiers visuels, ça avait l’air coloré, joli et puis surtout, est-ce que ça serait moins frustrant que l’ancienne version ?

Oui et non. Disons que le premier épisode collait tellement au manga que j’ai eu peur de m’en lasser. Niveau design, j’ai mis un peu de temps à m’y faire, je trouvais que les perso manquaient de caractère dans leurs traits…

Mais la magie du récit de l’autrice m’a très vite réconciliée avec toutes les aspects où je chipotais. Parce que j’ai beau connaître l’histoire, Fruits Basket ça reste :

  • le manga avec lequel j’ai passé mon adolescence et qui m’a donné de bonnes leçons de vie
  • lesdites leçons, je les redécouvre et je capte même des choses différemment maintenant

Bref, quand je lis/regarde Fruits Basket, je suis facilement émue, au point d’avoir envie de chialer à des moments précis. Et avec les années, c’est marrant comme certains passages ont plus d’impact. Hey, ça fait même un excellent outil de développement personnel, je me mets à me demander pourquoi précisément ce moment me donne envie de pleurer et parfois ça m’amène à réaliser certaines choses sur moi-même…

Yesterday wo Utatte / Sing Yesterday For Me (2020) • 18 épisodes • 23 min

Yesterday wo Utatte

Cet anime a été conseillé par quelqu’un sur Twitter (merci encore !) et même s’il a lui-même lâché le visionnage (le manga serait mieux, apparemment), je me suis retrouvée à vouloir continuer. Disons que le premier épisode m’avait plu, puis au second j’étais agacée (parce que c’était un peu trop lent/contemplatif) mais j’ai tout de même tenté le troisième et ça a bien pris.

J’espère que ça ne va pas être tout le temps en dent de scie comme ça mais j’ai envie de continuer cet anime parce que j’aime bien le côté raw des traits (je ne sais pas comment expliquer ça, j’ai pas le vocabulaire technique). Et puis j’aime bien les personnages qui ont des coiffures simples et réalistes (plus ou moins…), parfois ça me fatigue toutes les couleurs capillaires improbables. Donc un peu de « réalisme » ça ne fait pas de mal de temps en temps.

Et je suis curieuse de voir comment va évoluer le protagoniste. Tout en croisant les doigts pour que les personnages féminins deviennent plus intéressants, parce que là… à part servir de potentiels love interest… bof, hein.

One Punch Man (2015) • 12 épisodes • 24 min

Je n’ai vraiment aucune idée de ce que j’ai regardé. Enfin, si. Je l’ai fait parce que j’avais vu dans cette vidéo que Saitama (le protagoniste) est en base 9 sur l’ennéagramme. Et je voulais voir ce que ça donnait… parce que je n’arrive toujours pas à trouver mon type.

Bref, je ne sais pas encore si je vais continuer parce que je suis triste que Saitama n’ait plus de cheveux, c’est violent et franchement étrange/dérangeant. Mon cerveau a gelé sur place après le premier épisode et je n’ai pas eu le courage depuis de voir la suite.


Sur ce, que le soleil rayonne dans votre cœur 💛

4 réflexions sur “Anime : le retour (bilan d’avril)

  1. Chouette chouette chouette plein de petits animés que je ne connais pas ! Je note tout ça ~

    Je me demande bien qui est cette personne qui va être déçu par ton avis sur Aria ho ho ho. Non mais si c’est pas ton style, ne te force pas, ça reste assez branché sur la sensibilité et il fait y être sensible.

    Aimé par 1 personne

  2. Fruits Basket! ❤ Merci de m'avoir fait rappeler cette série que que je lisais également dans mon adolescence. Je ne savais pas qu'il y avait une nouvelle version 2019. Comme tu l'as écrit, c'est un manga qui donne de belles leçons de vie, et c'est surtout cet aspect philosophique qui rend la série sincère et unique.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.